Le Haïku ?

vent d’automne
à ma manche s’accroche
un petit papillon

Issa (Japon, 19è)

Concentré de sens et concentré littéraire, le poème japonais haïku est la spécialité de L’iroli. Sans rime et sans effets de style, ses quelques syllabes (17 maximum…) en font un cadre magique pour accueillir l’expérience de l’instant présent.
Le haïku me plaît parce qu’il se partage facilement, vu sa petite taille. On dit d’ailleurs que le haïku n’existe que lorsqu’il est partagé et apprécié par les lecteurs. Le partage est d’autant plus facile que le haïku se traduit relativement bien dans les autres langues.

J’aime son ancrage dans la vie quotidienne, son goût pour la nature et les choses en apparence insignifiantes, la discipline d’observation et de concentration qu’il impose, et le lien qui crée avec les choses et les gens.

Et puis le haïku invite à écrire : vie et écriture se stimulent mutuellement… En classe, avec des publics de tous les âges, le haïku est une expérience extraordinaire où les élèves que l’on croit en difficulté se révèlent. On peut faire beaucoup de choses avec ce poème !

Chewing cabbage
I can’t hear my son
speaking of galaxies

Mâchant du chou
Je ne peux pas entendre mon fils
parler de galaxies

Mascando col
no puedo oir a mi hijo
hablar de galaxias

 

i. A

 Ce haïk a reçu un prix de la ville de Matsuhima en 2015.

En savoir plus sur le haïku : Association francophone de haïku

Voir le site très complet de Serge Tomé : www.tempslibres.org

 

 

 

 

 

Rechercher

Plus d’infos sur les ateliers





Votre nom (*)

Votre courriel (*)

Sujet

Votre métier

Votre message

Les champs indiqués d'un (*) sont obligatoires