Parole d’éditrice

Dernier billet de l’éditrice

 

BIODEGRADABLE Un Haïku pour le climat ? Voyez donc, en cliqueanr sur les photos
SUIE DU COMPOST-TEST

*

 

3 décembre.
Après deux jours de pluie, la couverture du livre et son rabat rouge ont disparu. Est-ce l’oeuvre de Cendrée, la compagne de feue Cayenne (et notre seule poule désormais…) ? Dans un haïku, on peut poser des questions mais on y répond rarement.
Je ne distingue plus du tout les petits tournesols sur leur tige et le demi-pamplemousse, à droite au-dessus de la feuille de chou rouge, est presque invisible.
Feuilles de bouleau, de poireau, de salade, de sauge et de lierre…  et voici une petite intruse décorative venue de l’intérieur : une feuille bicolore de misère au joli  nom latin Tradescantia zebrina. J’aurais pu en faire une bouture mais la maison déborde de plantes. Survivra-t-elle au gel ? A voir. Bon décembre à tout le monde. isabel

 

*

28novembre.
Il a plu toute la nuit, de belles rasades. Je ne suis pas allée ce matin voir le tas de compost et notre livre… J’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer mais j’attendais un peu parce que je sais que vous êtes sensibles comme moi. La poule Cayenne, qui allait partout dans le jardin, le compost, et rentrait dans mes haïkus aussi, est morte, paisiblement dans l’abri où elle pondait ses petits oeufs. Sur la photo, fin août dernier, elle est encore vivante, sous le bouleau. Il était tombé une petite pluie et elle se rafraîchissait… Où vont les petites poules quand elle sont mortes ? A suivre… Bonne journée à tout le monde.

 

24-26 novembre 2018…
Après douze jours sans prendre de photo du compost, me revoici. Il faut dire que je suis un peu débordée par la situation et les suites de la parution d’Un haïku pour le climat, la chute des feuilles de bouleau, le boulot d’éditrice… Tout se mêle en ce moment dans ma vie, tout se superpose, décompose et dérive avec l’automne… Tout se tient.
Et pourquoi donc est-ce que mon téléphone prend maintenant les photos à l’envers ? Mystère. Notre livre avec son rabat rouge se retrouve, selon les langues : cul-par-dessus-tête, up side down, patas arriba. Nouveauté atour : les belles et longues peaux de poireaux nous rappellent que notre ami Roger a gardé la maison pendant notre absence, il nous a préparé une bonne soupe pour notre retour de Lyon (AG de l’Association francophone de haïku. Après 9 ans, je ne suis plus administratrice, je veux alléger les choses, diminuer le tas)…
Vous me direz que les lambeaux de poireau, d’accord, mais que vient faire là (zoomez donc à droite) ce code barres ?! Une erreur grossière, issue d’un filet de citrons, je crois… Mais le filet a servi, lui, a mettre la boule de margarine-pipas pour les mésanges à la fenêre de L’iroli…
Autre détail : la branche de sauge au milieu. Je l’ai ramenée de l’école d’Harbonnières. J’avais réparti des feuilles à chaque enfant pour humer et écrire.
Au fait, humer et humus ont-ils la même racine ? A suivre. isabel

*

 

Je ne résiste pas à vous envoyer cette photo prise lundi 12 novembre à midi. Le tas de compost se trouve au fond à droite, sous le bouleau et le petit laurier, entre mur et grillage. Le momiji (Acer japonica) au milieu a perdu presque toutes ses feuilles rouges… Le chrysanthèmes (éclos le 1er novembre !) sont aussi jaunes que les dernières feuilles du petit prunier. En parlant de jaune, voici ce que nous avons écrit hier en atelier avec la classe de CE2 (classe de Maxime Faucheux) d’Harbonnières :

Mardi de novembre –
Les balles jaunes rebondissent
les pommes aussi ?

*

JOURS 7 et 8. Nous sommes mercredi 14 novembre.
Les photos sont moins bonnes, un peu floues, mais le temps est moins bon aussi. Ce matin, du brouillard carrément recouvre tout. Peut-être que le soleil est derrière. Sur la photo de gauche, la drôle de flèche-brindille s’est placée toute seule. Aujourd’hui, sur la page de faux titre, une demi noix que Cayenne a dû envoyer valdinguer. Ce qui me surprend, c’est le bon état de la petite feuille de pêcher, en forme de virgule. Un petit pêcher pousse un peu plus loin sur le compost (Voir ma parole d’éditrice Magique compost) mais il n’a plus aucune feuille. Comme quoi, le compost ne ferait pas que décomposer… Conserverait-il aussi ? Les feuilles de chou rouge tiennent moins bien qu’espéré. Et moi je continue à poster des livres et vous souhaite une bonne journée !

*

JOUR 6, lundi 12 novembre.
Je vous avais annoncé une photo pour aujourd’hui mais j’avoue que je ne suis pas trop tentée d’aller voir notre livre qui a passé le 11 novembre « tombé » (tumbado en espagnol) sous les éléments… sur le compost-tranchée où tout ce mélange, le vivant et le mort. Ce sera pour demain. Je vous souhaite une bonne semaine. Demain soir je serai pleine d’énergie après avoir passée la journée avec des écoliers d’Harbonnières, dans la Somme. isabel.

*

JOUR 5, dimanche 11 novembre 2018.
Il pleut sur le tas de compost. Je suis allée voir notre livre, les pages commencent à devenir translucides et on peut lire à travers. Une brindille du bouleau tombée sur la page du faux titre dessine une flèche. Ce qui m’a étonnée le plus est l’affadissement de la moitié du pamplemousse dessus (demain je prendrai une photo). Aujourd’hui, par hasard, je suis tombée sur ce haïku du livre qui résonne d’une façon particulièrement émouvante ce 11 novembre :

une feuille tombe de l’arbre
les émotions reviennent
la haine m’échappe

Cherifa Abdeli, 10 ans, Ecole Michelet de Roubaix (Un Haïku pour le climat)

Ce haïku d’enfant n’a pas été sélectionné par le jury du concours mais j’ai voulu le rattraper. Voilà ce que j’aime de mon métier : cette liberté. La troisième ligne ne cesse de virevolter dans ma tête.

*

JOUR 4, samedi 10 novembre 2018.
Comme je ne retrouve pas mon téléphone portable qui me permet de prendre des photos, je vous raconte : il a plu presque toute la nuit, le vent a soufflé fort et, ce matin, le livre entrouvert montrait à nouveau son rabat rouge, comme au JOUR 2. Je me suis demandé si les pages commençaient à fondre, si elles se soudaient entre elles, si l’encre filait… J’ai pensé aussi : mon rôle d’éditrice ne ressemblerait-il pas à celui du compost ? Je vais réfléchir là-dessus. A demain.

*

 JOUR TROIS, 9 novembre.
Le papier commence à devenir fragile sous l’effet de la pluie. Les premières taches sont apparues. Mais les puristes ne se sont pas encore plaints : Quoi, des agrumes dans le compost ! Je suis aussi curieuse de ce que va devenir le demi pamplemousse. Cliquez sur la photo : le pied de tournesol à gauche, qui est une repousse d’un tournesol étêté (que je suis allée déterrer dans un champ au bord de la N31 en septembre) continue sa transformation… Les feuilles de chou rouge, cirées, dureront-elles plus longtemps que la couverture du livre ?

*

JOUR DEUX, 8 novembre.
Il a plu une grande partie de la journée hier mais, ce matin, le baromètre a bien remonté et voici le soleil. Le rabat rouge n’est plus visible, la couverture non plus. Quelques pages sont cornées, une brindille est rentrée… Je ne touche à rien. Je continue à déverser des épluchures dans le compost mais sans toucher au livre pour le moment.

*

JOUR UN, 7 novembre.
Après la nuit, je m’approche du compost et découvre ceci : la pluie a tourné les pages du livre. On ne voit plus le titre mais le beau rabat rouge apparaît.

*

JOUR ZERO, 6 novembre 2018.
J’ai posé le livre sur le tas de compost. Il fait beau dans le hameau. Les poules Cayenne et Cendrée tournent autour mais ne touchent pas Un Haïku pour le climat, ne le picorent pas. Le soir, il commence à pleuvoir doucement et je ne peux pas m’empêcher de penser que j’ai laissé… mon enfant dehors ! Mais je n’ai plus d’enfant à la maison.

Je suis intéressée, comme vous et moi, par l’avenir du livre en général et par celui-ci en particulier. Un haïku pour le climat n’a aucun pelliculage ni vernis. Il a une une peau si fragile qu’on dirait presque un être vivant… Je veux savoir ce qu’un livre devient dans le compost. Cette expérience va se poursuivre tout l’automne, jour après jour.
(J’ai changé l’ordre des photos : antichronologique c’est mieux.)

Billet de l'éditrice du 09.12.2018

 

Rechercher

Dernières Paroles d’Editrice !

Évènements à venir

Télécharger les anciens billets