Parole d’éditrice

Dernier billet de l’éditrice

 

MAGIQUE COMPOST

Etonnant compost. Tout ce qui s’y passe. D’une saison à l’autre, le tas qui a une taille à peu près stable, s’est retrouvé surmonté d’un nectarinier à la taille honorable : la mienne à peu près. On ne l’a pas vu pousser ! Mais si, me dit une petite voix, le temps a passé, et tu le sais très bien.

La première semaine de septembre, le jeune nectarinier (que ce logiciel souligne bêtement) a laissé tomber des petits fruits. Il en laisse tomber d’autres depuis, de plus en plus gros, de plus en plus sucrés, comme si le petit arbre apprenait son métier de fruitier. Je ramasse les fruits au milieu du decay*, en plein dirt*. Au début, j’en faisais de la confiture, maintenant je les mange nature.

Et moi qui croyais à un fruit du pêcher du voisin !
Et non, c’est le fils d’un noyau arrivé là, par hasard. Un étranger, un hueso** inconnu, qui a fait son travail de noyau…

De petits potirons, potelés et orange, nés sur le tas, sont comme des ballons flashy qui auraient roulé. L’un d’eux a grimpé au nectarinier… Oh, la belle nectarine !

Et voici que j’aperçois, parmi les petites nectarines des œufs ronds et jaunes :

Elles ne pondent pas
mais déterrent nos patates
Cayenne et Cendrée

Non seulement je n’ai pas semé ces patates mais elles ne me donnent pas de travail !
Tout cela donne à réfléchir (et peu d’effort à fournir)…

Parfois je crois voir un œuf au sommet du compost : erreur ! Il s’agit d’une coquille, l’œuf est déjà passé par le plat. Ou alors, est-ce le hérisson, friand de blancs et de jaunes d’oeufs, qui est passé par là ? A moins que ce ne soit… un œuf de tortue sortie de la mare (je vous en parlerai un autre jour)…
Oeufs pour de faux, œufs pour rire, graines ressuscitées, noyaux oubliés, fruits qui se travestissent…
Tout semble fake, dans le compost. Tout est trompe-l’oeil, trompe-l’oeuf !

Mais le fake est-il faux ? Je ne le crois pas, au contraire. Les apparences sont plus que jamais vraies. Les choses mortes ne le sont pas, et inversement. Il suffit d’attendre, encore une saison.

Dans le compost aussi, des rescapées domestiques s’installent, comme cette misère aux feuilles bicolores qui envahissait la maison et que malamente j’avais évacuée…
La voilà qui prolifère : moins de soins, plus de lumière…
Q
uant au gel à venir, on verra bien, on n’en sait rien.

Je n’ai pas encore essayé de mettre des feuilles de papier dans le compost et je n’ose imaginer ce que donnerait le méli-mélo de lignes… Mais je n’oublie pas que dans compost il y a post, courrier postal, snail mail, lettres-escargot.

Geisha la chatte noire vient près de moi.
Le ciel bleu est couleur bleu ciel, c’est le beau temps de miel et d’asters…
S’il pleuvait ce serait bien.

isabel, ce 4 octobre 2018

* Decay, dirt : déchets, poussière et « assimilés ». Cherchez dans le dico, petits paresseux !
** Hueso : noyau d’un fruit, os. Vous vous imaginez si les os enterrés dans le Valle de los Caidos de mon pays natal donnaient des arbres fruitiers ?

Billet de l'éditrice du 08.10.2018

 

Rechercher

Dernières Paroles d’Editrice !

Évènements à venir

Télécharger les anciens billets