Ni femme ni homme… Poète ?

 

Ni femme ni autrice…

Je suis désolée, « mes sœurs »,
Mais je ne me sens pas femme « dans mon intérieur »,
Dans mon intérieur (dans mon intérieure?), depuis que j’existe,
j’entends une voix grave.
Une voix forte, et calme, que j’ai longtemps prise… pour celle d’un homme.(Etais-je un homme ? Avais-je un homme à l’intérieur?)

Je ne me sens pas femme, je ne me sens pas homme.
Je me sens Mésange, Belette, Méduse. Peut-être même poète !
Je crois que je vis, vivante je suis, et que parfois j’écris.
Parfois je parle et m’enroue, d’autres je roule libre,
M’entête, tourne le dos au monde, m’arrête…
Puis continue cahin-cahot, sur ce chemin appelé vie.

Mon corps de femme ne suffit pas à faire de moi, je crois,
un être spécial.
Pas plus que si j’avais quelques ocelles en plus, une aile en moins.
Je suis un être vivant, appelé moi !
Et je ne connais que TOI, voisin, voisine,
Et toi, rouge-gorge à la fenêtre de ma cuisine…
Et toi : saule, soleil levant, solitaire et lune.

Je ne vois qu’un pas : ton pas, sur le sable…
Homme et femme, je te suis !

Et je TE souhaite une BELLE NOUVELLE ANNEE, un FELIZ AÑO.
Qui quoi où que TU sois…


Violon de l’an neuf
En te serrant dans les bras je serre
le monde entier

isabel Asunsolo, le 6 janvier 2020

Billet de l'éditrice du 06.01.2020

Rechercher